Vous êtes ici : Accueil > Environnement > Captages

Captages

Les flux rss du siteImprimer la page

Initiées au sein de chaque département lorrain depuis plusieurs années, les missions captages s'adressent aux captages présentant une dégradation de la ressource, en matière de nitrates ou de produits phytosanitaires. Leurs orientations sont définies annuellement dans le cadre d'un Comité de Pilotage départemental associant les services de l'État (DREAL, ARS, DDT), l'Agence de l'Eau Rhin-Meuse et le Conseil Départemental. Jusqu'alors, le pilotage départemental avait contré ces actions sur des captages présentant des teneurs en nitrates au-delà de 25mg/l (ou forte croissance sur les dernières années) et/ou présentant des détections de produits phytosanitaires ou de leurs produits de dégradation, le choix des captages suivis restant à la discretion de chaque Comité de Pilotage. Aujourd'hui, la Directive Cadre sur l'Eau ayant imposé la réalisation d'un état des lieux concerté, les Agences de l'Eau ont été amenées à définir une liste de "captages dégradés" dans le cadre du SDAGE 2015-2015. D'autre part, la démarche nationale du Grenelle a abouti courant 2009 à la détermination d'une liste de "captages Grenelle" au sein de chaque département.

Les missions captage ont donc maintenant pour objet les captages PAOT

Dans ce contexte désormais plus contraint (obligation de résultat à court ou moyen terme), ces missions visent à une amélioration de la qualité de la ressource en eau, suite à un changement de pratiques agricoles, obtenu à la fois par un accompagnement individuel des exploitations concernées et par la mise en oeuvre d'une dynamique locale en lien avec la collectivité responsable de la qualité de l'eau (commune ou syndicat). En effet, la démarche menée a pour objectif d'aider les agriculteurs volontaires exploitant dans les bassins d'alimentation des sources à problèmes à opérer un changement des pratiques radical et immédiat, de manière à aboutir le plus rapidement possible à une inversion de la courbe d'évolution du taux de nitrates et/ou une disparition des pesticides, tout en n'affectant pas le résultat économique des exploitations. L'expérience acquise, notamment au travers des actions Ferti-Mieux puis Agri'Mieux, nous enseigne qu'une telle action de conseil remporte à coup sûr l'adhésion des agriculteurs.

Modalités d'action par captage

La définition du Bassin d'Alimentation de Captage (BAC) est un préalable à la mise en oeuvre de l'opération sur un captage (la définition des BAC est réalisée, ou en cours de réalisation, sur les captages Grenelle et les captages SDAGE dégradés).

Une fois l'aire de travail connue, un diagnostic des risques "nitrates" et "phytosanitaires" est mené. Ce diagnostic, basé sur une méthologie régionale, intègre un risque "milieu" (caractérisation des sols, caractéristiques parcellaires) et un risque "pratiques agricoles" (assolement, pratiques de fertilisation azotée minérale et organique, pratiques d'usage des produits phytosanitaires). Il permet de définir, à l'échelle parcellaire, les situations les plus à risques, et d'orienter les actions prioritaires à mener).

Les résultats du diagnostic sont présentés aux agriculteurs concernés, à l'occasion d'une réunion associant également la collectivité responsable de la ressource. Cette rencontre permet de jeter les bases d'un "programme d'actions", déclinant les principaux moyens qui pourraient être mis en oeuvre. Ceux-ci sont de différentes natures, selon le contexte local et l'État de dégradation de la ressource. Nous pouvons ainsi décliner : 

  • l'amélioration des pratiques individuelles grâce à un conseil à la parcelle : réalisation de plans prévisionnels de fumure, révision du plan d'épandage, révision de l'assolement, modification des pratiques phytosanitaires,
  • l'amélioration des pratiques individuelles grâce à une action locale concertée : assolement concerté limitant annuellement la part des cultures de printemps, usage commun d'outils de désherbage mécanique, révision globale des plans d'épandage,
  • l'amélioration des pratiques sous une forme contractuelle : montage concerté d'un programme Agro-Environnemental (mesures de remise en herbe, de réduction d'usage des produits phytosanitaires, de réduction d'usage de l'azote),
  • le soutien de projets individuels de conversion à l'Agriculture Biologique
  • une réflexion "foncière" plus globale : incitation aux échanges parcellaires, permettant une localisation dans le BAC des pratiques les moins à risques (prairies, agriculture biologique, cultures à faibles intrants, cultures d'hiver). A ce titre, la SAFER Lorraine propose à chaque mission un appui (emploi-relai dédié, proposé par l'Agence de l'Eau Rhin-Meuse), selon les priorités définies en Comité de pilotage.

L'accompagnement annuel de chaque exploitant permet la mise en oeuvre du programme proposé : des indicateurs de pratiques (à définir en Comité de Pilotage) sont renseignés pour chaque campagne, afin de mesurer l'amélioration des pratiques agricoles. Une rencontre annuelle associant agriculteurs et collectivité permet la présentation de ces résultats, du suivi de la ressource, et la réorientation du programme d'actions si nécessaire.

 

Consultez le "Schéma régional d'actions des Chambres d'agriculture pour la reconquête et la préservation de la qualité de l'eau en Lorraine"

Contact :

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?

Amélia PRANDO
Service Agronomie - Environnement
Tel : 03.83.93.34.12