Vous êtes ici : Accueil > Actualités

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Une réduction des phytos presque naturelle

A l’initiative de la Chambre d‘agriculture de Meurthe-et-Moselle, le DEPHY tour s’est arrêté le mercredi 15 novembre sur l’EARL Saintignon à Baslieux. L’exploitant, Laurent Pierçon a réduit de manière significative son IFT au cours des dernières années.

Les groupes Dephy sont un réseau de 3000 fermes en France engagées dans la diminution de l’usage des produits phytosanitaires. Laurent Pierçon de l’EARL de Saintignon de Baslieux  fait partie du groupe animé  par  la Chambre d’agriculture de Meurthe et Moselle.

Le mercredi 15 novembre, Laurent ROUYER, 1er vice président de la Chambre d’agriculture de Meurthe-et-Moselle a ouvert cette matinée, remerciant la famille Pierçon d’accueillir les 30 personnes ayant fait le déplacement. Les réductions de produits phyto est un sujet dont les Chambres d’agriculture se préoccupent depuis longue date.  « A la création du plan écophyto en 2009, le conseil délivré par la Chambre d’agriculture s’est renforcé. Toutes les préconisations de nos conseillers sont faites pour limiter les impacts tout en préservant l’économie des exploitations », affirme Laurent Rouyer.

 

42% de réduction d’IFT

 

Pour Laurent Pierçon, intégrer le réseau Dephy, c’est « s’engager à mettre en œuvre des pratiques qui vont permettre de diminuer son utilisation de produits phyto mais aussi de préserver son revenu ».Cela demande réflexions mais si l’on prend en compte les enjeux environnementaux et sociétaux, pourquoi ne pas essayer ? » D’autant plus que « Les produits sont de moins en moins efficaces, la réduction se fait presque d’elle-même » souligne-t-il. La moyenne des IFT sur les 2 dernières années  de l'EARL de Saintignon affiche une réduction de 42,6% par rapport à l’IFT de référence régional.   Sébastien André, conseiller agronomie-environnement de la Chambre d’agriculture de Meurthe-et-Moselle, animateur du groupe DEPHY, affirme que « Pour réduire sa consommation de produits les méthodes sont multiples: changer ses rotations, faire de la culture associée, différencier les semis en tête de rotation et encore trouver des solutions alternatives aux matières actives…»

 

Frédéric Arnaud conseiller Agronomie-Environnement de la Chambre d’agriculture de Meurthe-et-Moselle, a montré plusieurs exemples de cycles de cultures qui sont des situations défavorables aux bioagresseurs. « Il n’y a pas de « recette type » de succession de cultures ; elles doivent être construites en fonction des atouts et contraintes de chaque exploitation. Chez Laurent, une succession sur 6 ans combinerait les atouts agronomiques à la performance économique : Colza/ Blé /Orge de printemps/Soja/Blé/Orge d’hiver ».


Le soja, une culture qui fait ses preuves

 

Le soja contribue à la baisse des apports azotés dans la rotation et des applications phytosanitaires. « Un faible coût de production, un désherbage presque facultatif, pas de mécanisation supplémentaire », sont les arguments avancés par Frédéric Arnaud. « On sème au semoir classique et une récolte simple à la moissonneuse batteuse pour une terre de nouveau prête pour un blé d’hiver. »

Pour agir encore plus sur la préservation de l’environnement et réduire les coûts, un autre exemple de fonctionnement a été abordé : le partage du matériel en CUMA. Une solution pour faire des économies de mécanisation, avoir un matériel de meilleure qualité. Une visite des différentes cultures implantées sur l’exploitation a conclu  la matinée.

 

+ d'infos auprès de :

  • Sébastien ANDRE, conseiller agronomie-environnement au 06.82.69.83.43
  • Frédéric ARNAUD, conseiller agronomie-environnement au 06.82.69.83.34